Gaffes de copies et d'oral


 

Je préfère cette expression à « perles », un peu méprisant. Et tiens à préciser tout de suite mon point de vue sur ce type d'erreur : je ne les considère pas d'un oeil dédaigneux, amer ou irrité, mais dans la joie de l'éclat de rire. Que tous les élèves et candidats soient remerciés, sans ironie, pour la détente que leurs gaffes m'ont procurée au milieu de pénibles et fastidieuses corrections de copies malgré tout souvent correctes, parfois bonnes, très rarement passionnantes (à l'oral, c'est un peu plus dur, il convient de se retenir). Après tout il vaut mieux ne pas se moquer : ce que vous allez lire ci-dessous, ce sont des gaffes, comme toujours dans ce cas peu de chose sépare ces phrases de l'expression de la stricte réalité, et parfois, comme dans bien des gaffes, c'est même l'expression de la stricte réalité ; elles sont parfois la marque d'une culture, divaguante certes, mais réelle ; les copies dont elles sortent ne sont d'ailleurs pas forcément mauvaises ; et nous avons fait, faisons et ferons tous ce genre d'erreurs. Et puis, à l'image des Brèves de comptoir, elles ne sont pas (sauf peut-être la première catégorie) sans poésie : Ulysse combattant le Monocle, c'est splendide. Enfin, si vous souhaitez avoir une idée plus précise de ce que je veux dire, lisez mon petit texte sur l'erreur.

 


 

Quelques évidences pour commencer [Ceci à l'usage des hommes politiques qui, eux, le font exprès]

L'homme est un humain.

Le remède à l'exclusion est l'insertion.

Chez les riches il y a très peu de pauvreté.

L'histoire est essentiellement consacrée à l'étude du passé.

Les gens construisent une barrière autour de leur cocon.

La France a tout intérêt à conserver la position géographique qui est la sienne actuellement.

L'Océan Atlantique sépare la France de l'Amérique, mais les Bretons peuvent s'y baigner.

La prison n'est pas à perpétuité, sauf dans les cas de réclusion à vie.

En prison on côtoie sans cesse d'autres détenus.

L'emprisonnement ne va rien changer pour le criminel si ce n'est qu'il est enfermé.

Il assiste à son propre enterrement, ce qui le déstabilise.

 


Bon, alors là, ce serait étonnant...

Si le gouvernement ne nous apporte pas d'aide, nous allons tous devenir des assistés.

Les exclus ne font pas d'enfants, ceux-ci ne vont donc pas à l'école, ils sont donc illettrés et deviennent à leur tour des exclus.

Quand le pape est allé en Albanie, heureusement qu'il a dit la messe en latin, parce que s'il avait parlé en albanais à la télé personne n'aurait compris.

Il faut avancer avec un œil sur le passé et un autre sur l'avenir.

La chasse, c'est hypocrite parce qu'on tire dans le dos des lapins.

Ce sont les non-lecteurs qui sautent le plus de pages dans les romans.

Le relationnel est en perditude.

Le progrès avance et recule en même temps.

Du personnel supplémentaire a été embauché. Pourtant il y en a moins qu'avant.

En prison les innocents subissent l'influence des criminels.

Aujourd'hui il n'y a plus de privation de liberté. Les détenus vivent leur vie dans un endroit clos, c'est tout.

C'était un festival de couleurs, aussi bien pour les yeux que pour le nez.

L'orthographe des gens s'améliorent.

 


Un peu de littérature

Ulysse, dans la grotte, a combattu le Monocle.

Le poisson d'Horace [carpe diem]

Molière, de son vrai nom Gustave Flaubert, …

On a été obligé d'enterrer Molière de nuit parce qu'il était ex-communiste.

- Je ne sais pas grand chose de Molière, parce que je croyais que Dom Juan, c'était de Victor Hugo.
- Pas grand chose, c'est mieux que rien. Dites-moi ce que vous savez.
- Euh… Il a écrit Roméo et Juliette…

Don Juan est un érectique. [Joli mot-valise, non...]

La lumière fut inventée au XVIIIe siècle par les frères du même nom.

Le siècle des Lumières est ainsi nommé parce que Volta y inventa la pile électrique et Ampère le courant.

Les Lumières étaient ainsi nommés parce qu'ils adoraient la lumière. La lumière du jour par exemple. Toutes les lumières naturelles.

Dans son siècle, Montesquieu était considéré comme une lumière.

Jean-Jacques Rousseau a écrit les Confections.

Victor Hugo s'exila dans les îles anglo-normales [lapsus,certes, et corrigé d'ailleurs à la volée, mais c'est trop joli ; pour une fois que quelque chose est normal chez Hugo

Si le lecteur saute des pages dans Moby Dick, il risque de ne pas connaître Ivan, Aliocha et Dimitri Karamazov.

Rimbaud tente de développer son acuité visuelle. [J'avoue avoir été quelque temps sans comprendre.]

Jean Cocteau convoita les plus grands écrivains de son époque. [Remarquez...]

Les amants du Diable au corps s'aiment passionnément, sans regarder ni devant ni derrière.

« G. Garcia-Marquez, premio Nobel de literatura, O. Paz, premio Nobel de literatura... » (texte original, la traduction suit) —> G. Garcia-Marquez, prix Nobel de littérature ou de la paix, prix Nobel de littérature... [celle-ci n'était bien sûr pas dans une de mes copies mais dans celle d'une amie professeur d'espagnol ; elle est somptueuse, en même temps d'une logique absolue et d'un non-sens total, comme les meilleurs sketches de Raymond Devos]

Quelques figures de style : la diocénose, l'anamonose, la rime satisfaite.

Non, je ne sais pas ce qu'est la versification. Est-ce que ça a quelque chose à voir avec la perversité?

J'ai récemment trouvé dans une copie à propos du costume de théâtre l'adjectif « vestimenteur ». J'allais crier au génie, quand je me suis aperçu que j'avais mal lu, et que ce barbarisme fastueux n'était malheureusement qu'une graphie difficile du plat « vestimentaire ». Dommage !

 


Vos réactions ?Retournez à la page d'accueil