Mise au point
à propos du correcteur d'orthographe
des traitements de texte

Cet outil n'est pas magique.

En tout état de cause, il est composé de deux éléments :

  1. un dictionnaire qui contient des centaines de milliers de formes de mots de la langue française ;
  2. un programme qui compare les mots de votre texte avec les formes contenues dans le dictionnaire, repère celles qui ne correspondent pas, et propose en général des solutions. Ce programme est très complexe, mais en même temps beaucoup plus simple que la langue française (ou toute autre langue d'ailleurs). En bref, il est grossier.

Plusieurs remarques s'imposent :

  • vous pouvez avoir raison contre le correcteur. Il ne contient pas le dictionnaire complet, et en particulier pas les noms propres. Dans ce cas, et si vous êtes vraiment sûr de vous, vous pouvez sélectionner l'option qui permet d'ajouter le mot en question au dictionnaire de votre traitement de texte (dans Word "Ajouter".)
  • les solutions qu'il propose ne sont pas nécessairement les bonnes. Vous trouverez ci-dessous deux exemples. Dans le premier l'élève a tapé "constatation" en oubliant une syllabe (faute de frappe classique) ; dans le second il ignore manifestement l'orthographe du verbe "soucier". Dans les deux cas, trop de lettres séparent le mot tapé de la bonne orthographe pour que le correcteur puisse s'en tirer. Il faut donc être attentif, rejeter ses propositions et chercher par soi-même. D'ailleurs, même si la bonne solution se trouve dans la liste, elle n'est pas forcément en première position, comme le montre le troisème exemple.


    Le correcteur transforme le nom "constatation", mal orthographié en verbe (constater à l'imparfait).


    Le correcteur ne peut reconnaître le verbe "soucier" et imagine autre chose.
    Notez qu'il propose d'ailleurs deux fois la même solution.


    L'élève ne connaît pas l'orthographe du mot "rustre".
    Le correcteur le lui propose, mais en quatrième position sur cinq.

  • Les correcteurs ne gèrent en général que l'orthographe lexicale. Ils sont incapables de tenir compte des accords (orthographe grammaticale), et ce même s'il existe des correcteurs grammaticaux, mais qui ne peuvent affronter la complexité de la langue réelle.

Le correcteur d'orthographe est donc un outil intéressant, mais à condition d'en connaître les limites, et de réfléchir. C'est vous qui écrivez, et non lui.