Certes tu mais pas encore je te retrouve
Tu es l'horizon tu haimes la ville et ses balcons ses légions d'amitié
Des orchidées à plein partout des fleurs rouges
Quel siècle
Quelle mer
Des oiseaux en flamme tu peurs je te claironne
Je t'aime
Quel vol nous avons fait depuis ce premier jour
Quelle audace dans ces oripeaux hein
Tu es
Nous nous savons le volcan clame il renaît
Tu me tends la main tu me tends la tu me tends tu me tu main là c'est là
Quelle vie de brûle en brûle de cleur en cleur
Je t'aime
Mais dis donc tu as vu ces feux rouges quelle gueule ils ont
Ces macadams il faudrait les raboter OK c'est où notre amour
JE SOURIS
Nous ne nous demandons jamais rien
Nous ne nous demandons jamais
Bien sûr tu mais je et nous paraît-il
Je ne t'ai jamais perdue

 

Vos réactions ?Retournez à la page d'accueil